Sourire au top

Adieu les bagues

S'aimer

Lettre d’amour ouverte à Stylist

Lettre d'amour ouverte à Stylist

Cher Gratuit,

Je ne croyais plus au coup de foudre et pourtant, tu m’es tombé dessus comme ça, sans prévenir. A la sortie du métro, on me distribue un « Stylist et Flower by Kenzo », criait la demoiselle. Je le chope à la volée avant de m’engouffrer dans le métro. La fleur rouge qui dépasse me gène. Je la dépose dans la première poubelle que je vois, la tige bien droite, les pétales au vent. C’est beau une poubelle fleurie. Je te regarde et tu me plais. J’ai vraiment envie de te toucher. Je glisse mes mains sous ta couverture. Le choc : tu me touches aussi. Ton édito annonce la couleur et me fait sourire. Je n’ai qu’une envie : déballer le paquet à mon tour. Je tente une approche, je n’ai rien à perdre. Je plonge mes yeux entre tes lignes. Tu joues la carte de l’humour pour me séduire avec des jeux de mots qui n’en finissent plus. Avec toi, le courant passe tout de suite. Je te propose de monter chez moi. On mate un fil de boule avant que je ne te coupe le tronc. Je te crie : « attache-moi si tu peux » mais tu hésites. Tu sais, toi aussi, ce que cela fait d’aimer à mûrir. Je te chuchote alors : « trop tard pour toi, je t’ai dans mon liner de mire ».

Après notre ébat, tu me parles et j’aime ça. Tes passions me passionnent. J’ai moi-même une amie qui tient un blog de recettes de séries. C’est fou tous ces points communs. Puis, tu deviens grave et tu me préviens que tes mauvaises habitudes pourraient me déplaire. Si tu savais comme tu te trompes. A ce moment précis, mon sang ne fait qu’un tour et mon cœur se soulève. Tes mots soignent les maux. Je te trouve beau. Avec toi, je suis le sexe fort. Tu me bouleverses, j’ai un peu froid. On se l’écaille ici, tu en remets une couche et j’adore ça. Je t’enlace encore plus fort, j’ai envie de te dévorer. Je veux capter ton attention mais c’est toi qui y parviens. Tu me parles de Céline Sallette avec une poésie, une douceur et une parfaite maîtrise de la rhétorique. J’en suis jalouse. Parleras-tu de moi comme ça un jour ? Je vais rajouter cette idée cadeau dans ma liste au Père Noël. J’aimerais tant que tu m’aimes. Non pas que je sois une célibataire désespérée qui a peur de terminer seule avec Bernard, son chat, mais parce que tu me donnes envie d’y croire.

Tu me donnes envie de croire que la presse féminine n’est pas morte, que les journalistes ne sont pas tous des abrutis finis, nombrilistes, pédants et imbus de leur personne, que la pub n’est pas forcément ce pavé jeté, au hasard, dans la mare d’un fichier Indesign avant impression mais qu’elle peut être utilisée comme une arme de séduction massive. Grâce à toi, je sais que je peux aimer encore, malgré mon passé sentimental un peu douloureux. J’ai envie de te faire confiance, main dans la main, yeux dans les yeux. Alors, merci pour cette opportunité merveilleuse que tu m’offres de croire en toi. Merci pour tes mots, tes jeux de mots, ta plume et tes idées. Et bravo.

Ta petite amie,
Ça va merci

Vous aimerez aussi

1 Comment

  • Reply La List de Stylist | Ça va merci

    […] de se rapprocher de ses lectrices. Le féminin au ton décalé – auquel nous avions écrit une lettre ouverte – vous accompagnera désormais toute la semaine grâce à une newsletter. Sobrement baptisée […]

    13 avril 2015 at 10:52
  • Vos mots doux